Votre conduite ? Plutôt « Cool Raoul » ou « crispé et je t’em**de » ?

Amis conducteurs : où êtes vous ?

Comment conduisez-vous ? Vous êtes plutôt « cool Raoul » (A), « concentré et éveillé » (B) ou « crispé et je t’em**e » (C) ?

Cette question m’est venue en observant la position de mon fils au volant : celui-ci parcourt la France dans tous les sens, tous les jours; une voiture confortable pour limiter la fatigue et les douleurs lui est nécessaire…

Pourtant, sa position, même si elle lui semble correcte actuellement, est une véritable catastrophe : c’est sûr, là, il est jeune, tout va bien….seulement, il se prépare un vieillissement du système musculosquelettique désastreux !

Et voici pourquoi :

Tout d’abord, partons de notre posture neutre pour comprendre la posture assise.

La station debout est le point de départ de toute activité : les os sont disposés de manière à être facilement maintenus en équilibre. En effet, chaque os a une forme, une fonction, une place exacte dans l’assemblage vertical. L’équilibre entre chaque pièce implique que les forces et les contraintes soient harmonieusement réparties. Aucune tension, aucun effort sont nécessaires dans les tissus périphériques : l’équilibre tient tout seul (sinon, ce n’est plus un équilibre).

Vous êtes plutôt comment, vous ?

Si vous regardez votre corps de profil, vous devriez apercevoir des courbes inversées (une espèce de S entre votre bassin et votre cou)….comparez ces courbures à celles d’un nouveau né, et vous constaterez….qu’il n’en a pas ; un enfant de 24 mois ? Ah tient, elles apparaissent !

Ce S correspond à un système de poids et contrepoids autour de l’axe vertical afin de :

– faciliter le maintien

– répartir équitablement la résistance à l’attraction terrestre

– anticiper les mouvements, notamment la locomotion…

Normalement, l’aplomb, en statique, est perçu comme une position confortable parce que la sensation de poids du corps disparaît, seules quelques contractions musculaires interviennent pour récupérer les écarts dus aux oscillations (normal, plus on s’éloigne de la Terre, moins la gravité est importante) : un minimum de dépense énergétique, peu de fatigue….

Vous voyez où je veux en venir ?

La Nature nous a doté d’une structure mécanique simple, tant que l’on reste dans l’axe de l’aplomb…..notre posture au quotidien, dans toute sorte d’effort, implique que les forces musculaires couplée à l’action de la pesanteur majore la sollicitation de l’édifice, et induit un vieillissement ostéo-musculaire aux conséquences totalement différentes pour chacun ….un exemple ? Comparez l’allure physique d’un jeune cadre, d’un retraité du BTP, d’un agriculteur non mécanisé (je ne sais pas si cela existe encore….) ou d’un cross-fiteur quinca. Alors, voyez vous une différence ?

Et c’est là que nous passons de la station debout…à la station assise, au volant de la voiture.

La station assise devrait attirer toute notre attention, pour la subir de longues heures quotidiennement.

Et je voudrais parler de la station assise pour un Occidental, c’est-à-dire poser le bassin à une certaine hauteur du sol afin de soulager les efforts des membres inférieurs, position que nous conservons des heures durant.

Et la colonne, me direz vous ? Pour la reposer, la seule position, c’est couché ! La pesanteur est supprimée, tout se relâche, et la colonne vertébrale est sensée se trouver dans une position neutre.

En fait, la position assise devrait correspondre à une position debout sans les membres inférieurs, avec une colonne vertébrale conservant son S afin de préserver sa finalité.

Vous êtes vous demandé pourquoi les pupitres étaient alors en pente ?

Pourtant, suivant la tâche que nous exécutons et la qualité du siège, les effets de la position sur le système musculosquelettique sont multiples.

Je suis à peu près sûre que, lorsque vous êtes assis dans votre siège auto, vous avez le bassin plus bas que les genoux…oui? (du coup, vérifier l’assise à votre bureau…)

Alors, votre bassin réalise une rétroversion, attirant ainsi la partie inférieure du tronc vers l’arrière. Si en plus votre voiture manque de fermeté, la rétroversion s’accentue !

Et donc, que se passe t il avec votre dos ?

Et bien, le bas du dos s’arrondit, le creux lombaire s’efface, la base du thorax s’affaisse, réduisant le mouvement des basses côtes à l’inspiration.

La colonne vertébrale se redresse grâce aux contractions des muscles spinaux (le long de la colonne) sur un socle anormalement positionné (le bassin). Des tensions permanentes se mettent en place afin de porter le tronc en avant.

Elle se redresse non pas à partir de la ceinture pelvienne, comme il se devrait, mais à partir de la colonne dorsale (au niveau des côtes) avec un effort d’extension musculaire mal réparti.

Cette mauvaise répartition va à l’encontre du libre mouvement des côtes pendant la respiration, induisant une limitation de la mobilité thoracique et un souffle amoindri.

Et pour terminer, les vertèbres cervicales et le poids de la tête dépendent de la position de la colonne dorso-lombaire : celle-ci, mal positionnée, déclenche des tensions anormales des muscles de la nuque et des sous-occipitaux (petits muscles à la base du crâne).

Mais, allez vous me dire, moi, j’ai le dossier qui me soutient bien, plutôt mieux penché en arrière que droit d’ailleurs !

Alors, parlons douleurs…..sur un long trajet, n’avez vous pas des tensions au niveau de l’aisne? un point qui apparaît dans le dos, au niveau des épaules ? Un torticolis ou des douleurs dans le cou ? dans le mollet ? Sous le talon ? Ou une impression de ciatique ? Etc…

Plus le point d’appui du dos est reculé par rapport à la verticale du tronc, plus la zone dorso-lombaire est obligée d’aller le chercher en arrière, plus le tronc se renverse et le thorax s’affaisse…et tout ce qui est au-dessus suit : les épaules s’enroulent vers l’avant, la tête et la nuque réalisent une antéversion, les muscles de la colonne s’adaptent, mais à quel prix !

C’est pour bientôt ?

Ce n’est pas parce que nos jambes n’agissent plus que nous devons laisser aller notre dos : la neutralité vertébrale doit rester présente, parce que la pesanteur œuvre toujours en silence……….

Et je n’aborde pas là le sujet «système digestif », « nerf vague » etc.….il y aurait tellement à dire !!

Avec le temps, ces mauvaises postures vont permettre à des troubles fonctionnels de se développer, affaiblissant insidieusement votre état général.

Alors, pour en revenir à ma question, si vous vous retrouviez dans la réponse A, je vous invite à tester une autre position : la B par exemple…. Pour la C, venez me voir : nous solutionnerons votre état de stress (ou alors, prenez rendez-vous chez un ophtalmo, vous avez peut être besoin de lunettes).

Ah, et si la B vous est difficilement tenable….vous devez songer à vous étirer en contre postures, à entamer un travail compensatoire approprié….afin de vous préparer une vieillesse sans trop de douleurs.

Prenez soin de vous, pensez positionnement et étirement .

Autres articles en lien avec celui-ci :

Récupération musculaire : Cou, Épaules, Diaphragme, Muscles Abdominaux – Coralie Réflexologie Carpentras (coraliereflexologie.fr)

Le nœud musculaire, kesaco ? – Coralie Réflexologie Carpentras (coraliereflexologie.fr)

Les tensions musculaires au niveau du visage, des épaules et du bas du dos – Coralie Réflexologie Carpentras (coraliereflexologie.fr)

LES TROUBLES MUSCULO-SQUELETTIQUES ET LA REFLEXOLOGIE – Coralie Réflexologie Carpentras (coraliereflexologie.fr)