Etude sur le bruxisme de Christian

Christian, la cinquantaine bien portée, est une personne très anxieuse, souffrant d’un ulcère, d’un pré-diabète et de diarrhée chronique.
L’apnée du sommeil accompagne ses nuits, tout comme son orthèse dentaire afin d’en diminuer les conséquences.
Cet état génère chez Christian des contractures sévères au niveau de la mâchoire, ce qui l’a amené à me rencontrer.

Ce dernier a accepté de participer à l’étude sur l’approche de la réflexologie sur le bruxisme, que j’ai ouverte en début d’année. Pour en connaître les modalités du déroulement et le relevé des informations permettant de réaliser le diagramme récapitulatif, je vous invite à lire https://www.coraliereflexologie.fr/etude-le-bruxisme-et-la-reflexologie/

Nous avons réaliser 6 interventions en réflexologie, à raison d’une par semaine.
J’utilisais soit la réflexologie plantaire, soit faciale-crânienne : mon choix se réalisait en fonction des avancées observées chez Christian.
Je vous propose de suivre l’évolution de nos rendez-vous.

Le 22 février 2019

Il est à remarquer que Christian débute cette étude avec un total de 61 sur l’échelle Spielberger, ce qui indique un niveau d’anxiété très élevé ! En effet, il est estimé qu’un score au-dessus de 51 exprime un état très anxieux, interférant avec la qualité de vie.
L’évaluation du bruxisme (noté à 18) traduit très bien ce phénomène.

Lors de la prestation, Christian est resté en vigilance pendant la première demi-heure : aux aguets, il avait du mal à lâcher prise ; puis, sur le dernier quart d’heure, les tensions se sont relâchées, et Christian s’est assoupi.

Nous retrouvons cet état par les résultats très similaires, entre avant et après la prestation.

Le 1 mars 2019

Un événement perçu comme négatif est survenu pendant la semaine.
Pour autant, on peut remarquer que l’état d’anxiété éprouvé pendant la semaine est en nette diminution ( le total avant prestation est de 53), bien qu’au-dessus de la norme !
Cette amélioration du niveau d’anxiété s’exprime aussi au travers de l’étude sur le bruxisme, qui, noté à 18 auparavant, se trouve ce jour là à 7 !
Christian a remarqué que le bruxisme diurne était moins important en quantité ; celui nocturne lui ait apparu moins douloureux.
Le sommeil, lui, n’a pas vu d’amélioration, tout comme la digestion : épisode de ballonnements, flatulences, mais pas de brûlures.

Je reste en réflexologie plantaire.

La prestation s’est réalisée avec une survenue du lâcher prise beaucoup plus rapide qu’au premier rendez-vous. Son ventre s’est exprimé au travers de beaucoup de gargouillis !

Le 7 mars 2019

Une semaine émotionnellement encore difficile pour Christian !
Pourtant, le niveau d’anxiété diminue encore (évalué à 44 au lieu de 53), celui du bruxisme n’a pas été modifié.
Christian a remarqué que sa digestion s’est améliorée mais pas le transit.
Au niveau du bruxisme diurne, il reste attentif, et utilise « sa boîte à outil » pour conscientiser et travailler sur le relâchement des masséters.
Son étonnement s’est porté sur son rythme cardiaque, beaucoup plus régulier lui semble-t-il !

J’ai utilisé la réflexologie faciale-crânienne pour ce rendez-vous.

L’évaluation après prestation porte son niveau d’anxiété de 42 à 36 : Ainsi, Christian indique un état anxieux “normalisé”.

Le 15 mars 2019

Au cours de cette semaine, Christian a remarqué que beaucoup de tensions ont disparu, il se sent plus léger au niveau de ses masséters : il ne « mâche » plus son orthèse dentaire.
Il avait un sifflement dans l’oreille qui le perturbe moins.
Par rapport au sommeil, il s’endort mieux, même si des micros réveils perturbent ses nuits.
Par contre, beaucoup d’angoisses sont venues perturber son quotidien, avec des ruminations bien présentes.

Au moment de l’évaluation avant prestation, il apparaît que son niveau d’anxiété ait augmenté, passant de 44 à 54.
Alors qu’au niveau du bruxisme, la notation indique un point en moins, passant de 4 à 3.

J’utilise à nouveau la réflexologie crânienne : la détente est immédiate ! L’endormissement est assez rapide bien qu’avec ses soucis d’apnée du sommeil, l’assouplissement soit perturbé par des réveils soudains, des contractions des muscles thoraciques et des jambes à intervalles irréguliers.

A notre discussion de fin de prestation, Christian m’avoue ne pas être conscient de cet état.
Il apportera son orthèse dentaire au prochain rendez-vous, afin que l’on constate s’il y a une différence ou pas dans le relâchement des tensions.

Le niveau d’anxiété est évalué, après séance, à 47.

Le 22 mars 2019

Christian arrive dans mon bureau, complètement anéanti !
Il a la sensation que tout son environnement s’effondre….

Tout lui apparaît comme négatif, il a beaucoup de mal à appréhender la vie autrement que comme une succession de difficultés.
La notation de son état d’anxiété est égale à celui de la semaine précédente.
Celle sur le bruxisme se voit augmenter, passant de 3 à 6.
Il a amené son orthèse contre l’apnée : il s’agit d’une orthèse d’avancée mandibulaire. Celle-ci permet d’avancer la mâchoire progressivement, ainsi que la langue, afin de dégager les voies respiratoires. Ainsi, le passage de l’air est facilité, puisque l’obstruction causée par la langue est diminuée.
Cet élément est important pour la prise en compte de la cotation sur le bruxisme !

Je suis passée en réflexologie plantaire.

Les résultats après prestation indique qu’un état de vigilance restait présent. Le relâchement lui a été très difficile, des pensées négatives, des ruminations venaient perturber ce moment.

Le 29 mars 2019

Dernier rendez-vous.

Christian arrive et m’explique naviguer entre la colère et la tristesse ; il se sent très amer.
Le seul constat qu’il est pu noter cette semaine, c’est un meilleur sommeil.
La notation de son état d’anxiété est toujours au même point (54) ; celle du bruxisme a augmenté encore d’un point, passant à 7.

Je reste en réflexologie plantaire : Christian arrive à lâcher prise rapidement, avec une respiration régulière, et sans micro-réveil ou crispation des muscles.

On retrouve cette sensation au travers de la cotation de l’état d’anxiété après mobilisations, passée à 44.

Que pouvons nous déduire de cette étude ?

Il semblerait que le bruxisme, ici, soit un réflexe mis en place à un moment donné pour répondre à des tensions nerveuses devenues trop importantes.
La réflexologie permet de conscientiser ce fait. En effet, la personne observe les réponses apportées lors des régulations par son organisme.
Une nouvelle réponse est mise en place par l’élaboration d’un réflexe conditionné, limitant les tensions au niveau des masséters.

Je vous propose de lire le retour sur expérience de Christian :

Je “traîne” un bruxisme “sérieux” depuis plus de 25 ans. Je pense que c’est un reflet de mes refus, de mes tensions intérieures bien sûr.
Au cours de mes séances en vue de diminuer ou éteindre mon réflexe, j’ai constaté que je retrouvais plus de sérénité, plus de calme ou de paix, et ce malgré que ma vie ne soit pas du tout allée dans le bon sens durant cette période. Certainement plus d’acceptation de ce qu’il doit être, simplement…
C’est sûrement déjà en soi un grand pas ! Chaque séance a été un joli moment de détente et de lâcher prise.
Mes raideurs au cou ont beaucoup diminué avec la troisième séance et je n’ai plus, ou bien moins, cette sensation de masséters coincés le matin au réveil. Et il me semble que je me surprends moins souvent à me retrouver la mâchoire serrée en journée, dès que je suis appliqué ou tendu pour tout ce qui arrive tout le temps à chacun d’entre nous…
Je ne peux pas dire bien sûr si cette amélioration va durer dans le temps ! je l’espère ! J’espère aussi qu’on va se recroiser de temps en temps : merci pour tout en tous cas !!
Amicalement, […]

20 jours après ce premier témoignage, (soit un mois après notre dernière rencontre), voici ce que m’écrivait Christian :

Je pense que pour le moment, j’ai bien toujours une amélioration nette de ce bruxisme. Je prends conscience beaucoup plus facilement – et plus vite – quand ça m’arrive encore – de ce serrage intempestif… Et je ne sais pas comment dire, peut être que mon subconscient trouve plus vite un autre chemin à prendre. Je me sens réellement moins “sous tension” malgré ce qui m’est arrivé dernièrement.

L’étude est toujours en cours avec une troisième personne : résultats sous peu !

Et vous, comment vous sentez-vous ?

Prenez soin de vous !